Aller au contenu

L’éthylotest dans la législation sur les véhicules de collection

Les véhicules de collection sont soumis à des réglementations spécifiques en matière d’équipement et de sécurité. Parmi ces équipements, l’éthylotest est un outil essentiel pour lutter contre l’alcool au volant. Quelle est la place de cet instrument dans la législation concernant les véhicules de collection? Cet article vous propose un tour d’horizon complet sur le sujet.

Qu’est-ce qu’un véhicule de collection ?

Un véhicule de collection se définit comme un véhicule âgé d’au moins 30 ans, dont les caractéristiques n’ont pas été modifiées depuis sa fabrication. Ces véhicules peuvent être classés en différentes catégories : voitures, motos, camions, tracteurs agricoles, etc. Ils sont soumis à une réglementation spécifique en termes d’immatriculation, de contrôle technique et d’équipements obligatoires.

L’éthylotest : un instrument obligatoire pour tous les conducteurs

Depuis le 1er juillet 2012, il est obligatoire pour tout conducteur d’avoir un éthylotest dans son véhicule, qu’il s’agisse d’une voiture ou d’un deux-roues. L’objectif de cette mesure est de renforcer la lutte contre l’alcool au volant, responsable de nombreux accidents mortels chaque année. L’éthylotest permet au conducteur de vérifier son taux d’alcoolémie avant de prendre le volant, afin d’éviter de conduire en état d’ivresse et de mettre en danger sa vie et celle des autres usagers de la route.

Les véhicules de collection sont-ils concernés par cette obligation ?

La question se pose alors : les véhicules de collection sont-ils soumis à cette obligation d’équipement ? La réponse est oui. En effet, la législation française ne fait pas de distinction entre les véhicules anciens et les véhicules modernes en matière d’éthylotest. Ainsi, tout conducteur d’un véhicule de collection doit avoir un éthylotest à bord, au même titre que les conducteurs des autres catégories de véhicules.

Autre article intéressant  La loi Brugnot et la prévention de la corruption dans l'industrie chimique

Quels types d’éthylotests sont autorisés ?

Il existe plusieurs types d’éthylotests sur le marché, dont les éthylotests chimiques (à usage unique) et les éthylotests électroniques (réutilisables). Les deux types sont autorisés pour les véhicules de collection, à condition qu’ils soient conformes aux normes françaises en vigueur (norme NF X 20-702 pour les éthylotests chimiques et norme NF X 20-704 pour les éthylotests électroniques). Il est important de choisir un éthylotest homologué, car il garantit une fiabilité optimale dans la mesure du taux d’alcoolémie.

Quelles sanctions en cas de non-respect de l’obligation d’éthylotest ?

En cas de contrôle routier, si un conducteur ne peut pas présenter d’éthylotest à bord de son véhicule de collection, il risque une amende forfaitaire de 11 euros. Toutefois, cette sanction n’est pas systématiquement appliquée par les forces de l’ordre, qui privilégient souvent le dialogue et la prévention. Il est toutefois important de rappeler que l’éthylotest est avant tout un outil de sécurité pour le conducteur et les autres usagers de la route, et qu’il doit être considéré comme tel.

Conclusion

En résumé, les véhicules de collection sont soumis à l’obligation d’avoir un éthylotest à bord, au même titre que les autres catégories de véhicules. Cette mesure vise à lutter contre l’alcool au volant et à renforcer la sécurité sur les routes. Ainsi, il est essentiel pour tout conducteur d’un véhicule ancien de se conformer à cette réglementation et d’adopter un comportement responsable au volant.