Aller au contenu

N’oubliez pas vos droits en cas d’urgence médicale

N’importe quel accident peut vous mettre dans un état d’urgence médicale contrairement à ce que vous pouvez l’imaginer. Il faut vous rendre rapidement dans un établissement médical au risque de compliquer la situation. Pensez à vous informer sur vos droits au cas où vous serez victime d’un accident à l’avenir.

Une urgence médicale signifie un dossier médical

Vous passerez certainement en prioritaire une fois que vous serez admis dans une clinique ou un hôpital. Une équipe médicale se réunira autour de vous pour apporter les soins qu’il vous faut. Vous obtiendrez ainsi un dossier médical complet et à jour quotidiennement. Le document doit contenir des informations précises et détaillées concernant votre santé.

Le dossier sera rangé dans un endroit où il ne risquera pas de se détériorer. Il doit être facile à accéder par le médecin et l’ensemble de son équipe. Vous pouvez aussi demander à le consulter quand vous le souhaitez.

Vous y trouverez par exemple des informations sur les feuilles de surveillance. Il ne faut pas non plus négliger les résultats de vos examens, mais aussi les consultations que vous avez déjà passées. Les prochains contrôles sont notés dans le dossier pour éviter les oublis.

Une urgence médicale nécessite un consentement

Vous êtes libre d’évoquer votre droit de consentement si vous avez les forces nécessaires pour le faire. Le médecin peut en effet agir librement en fonction de la situation si vous ne pouvez pas réagir. Il ne pourra pas en outre le faire si vous possédez une carte de consentement. Le médecin doit attendre votre autorisation pour prendre une décision.

Autre article intéressant  Les règles qui régissent un casino en ligne

Il peut aussi consulter votre dossier médical pour connaître la personne à prévenir en cas de besoin. Cette dernière peut prendre les décisions à votre place dans certains cas. Il est libre d’agir tout seul s’il n’y a aucune restriction.

Il se peut que ce soit votre enfant de moins de 14 ans qui doive être amené à l’hôpital dans un état d’urgence. L’équipe médicale doit dans ce cas avoir l’aval des parents pour commencer le traitement. Un tuteur légal peut prendre les décisions à la place de ces derniers dans certains cas.

Vous pouvez refuser des soins dans une urgence médicale

Vous pouvez parfaitement demander à ne pas recevoir des soins si vous le souhaitez. Cela est valable même si votre état peut engager votre pronostic vital. Il faut agir avant que le médecin et son équipe adoptent un traitement. Il ne faut pas oublier de décharger l’équipe pour éviter les soucis en cas de complication.

Le médecin notera votre souhait de ne pas recevoir des soins dans votre dossier médical. Cela permet de notifier les autres personnes qui pourront y accéder à l’avenir. L’équipe peut en outre tenter ses chances pour vous convaincre de revoir votre décision.

Le médecin peut par exemple faire appel à vos proches pour tenter de vous convaincre. Il peut aussi se tourner vers d’autres personnes y compris ses collègues. Il suffit qu’il agisse correctement pour éviter un souci de harcèlement.

Comment réagir si vous trouvez une personne en état d’urgence médicale

Vous devrez normalement assister une personne qui se trouve dans un état d’urgence médicale. Il faut appeler rapidement une ambulance portée assistance à l’individu en fonction de son état comme les suivants :

  • La personne peut s’étouffer : il est important de faire des claques sur le dos de la victime pour l’aider à mieux respirer. Vous pouvez aussi appliquer des compressions abdominales si c’est nécessaire.
  • L’individu peut aussi saigner : pensez à faire une pression sur la partie qui saigne pour ralentir ou arrêter rapidement l’hémorragie.
  • Il peut s’évanouir : il faut ici libérer ses voies aériennes avant de le retourner dans une position latérale.
  • Il peut faire un arrêt ou une crise cardiaque : vous n’aurez qu’à lui questionner sur son état de santé en cas de crise cardiaque. Vous pourrez ainsi répondre correctement aux urgentistes. Des compressions thoraciques et des insufflations sont conseillées en cas d’arrêt cardiaque.
Autre article intéressant  Les droits du client lors d’un dépannage d’un plombier en urgence