Aller au contenu

La loi sur l’interruption volontaire de grossesse en Europe

L’interruption volontaire de grossesse est un sujet qui fait objet de polémique dernièrement. En Europe comme ailleurs, si pour certains, c’est une abomination, pour d’autres, c’est une très bonne disposition prise en faveur des femmes. Voici un article qui vous apportera davantage d’informations sur la loi de l’interruption volontaire de grossesse en Europe.

Légalisation de l’avortement en Europe

L’interruption volontaire de grossesse a en effet été légalisée en Europe. Ainsi donc, toute femme majeure peut choisir d’interrompre ou non sa grossesse. Cependant, l’interruption volontaire de grossesse à un délai légal et ce délai varie selon la méthode d’avortement. L’avortement peut être fait sous forme médicamenteuse comme instrumentale. Il est possible pour la femme de se faire avorter par n’importe quel médecin à condition qu’elle suive scrupuleusement les lois en rapport avec l’IVG.

Délai légal de l’avortement en Europe

Le délai légal dépend de la méthode choisie. Lorsque vous optez pour une interruption volontaire de grossesse médicamenteuse, vous devez suivre les délais légaux. Il est en effet possible de se faire avorter sous forme médicamenteuse jusqu’à la fin de la 5ᵉ semaine de grossesse, soit sept semaines après le début de vos dernières règles. Mais, lorsque l’interruption volontaire de grossesse médicamenteuse est faite par un médecin, ce délai peut aller jusqu’à la 7ᵉ semaine de grossesse, c’est-à-dire 9 semaines après le début des dernières règles. Par ailleurs, elle peut aller jusqu’à la fin de la 12ᵉ semaine de grossesse soit 14 semaines après le premier jour de vos dernières règles. Notez que l’échographie vous permet de détecter exactement l’âge de la grossesse et la meilleure méthode d’avortement légale.

Obligation de la patiente pour une IVG (Consultation 1)

Pour vous faire avorter, vous devez obligatoirement suivre des consultations. Cela vous permet de mieux réfléchir par rapport à votre décision d’avortement. Il existe généralement deux consultations. Lors de la première consultation, le médecin ou la sage-femme qui vous suit, vous examiner et vous présente les différentes méthodes d’avortement. Vous serez ainsi en mesure de choisir si possible par vous-même une option tout en considérant les conséquences et les avantages de cette dernière. Aussi, un entretien psychosocial vous est proposé pour mieux vous conseiller. Cet entretien permet surtout aux mineurs d’être mieux suivis psychologiquement jusqu’à l’avortement. Il vise aussi à conseiller les patientes.

Obligation de la patiente pour une IVG (Consultation 2)

 La deuxième consultation vous permet de confirmer l’avortement. Vous recevez par la suite une attestation de votre première consultation chez l’infirmière ou votre médecin traitant. Après une concertation entre les médecins et les spécialistes de l’avortement, vous serez confié à un centre pour la pratique de l’IVG. Une deuxième attestation vous est délivrée à la fin de la deuxième consultation.

Retenez de tout ceci que la légalisation de l’avortement permet non seulement aux femmes de choisir volontairement de quand mener à terme une grossesse, mais aussi de subir l’avortement dans un milieu professionnel. L’avortement doit donc être observé selon les lois européennes. Ces dispositions ont majoritairement été prises pour faciliter la vie aux femmes victimes de viols, d’abandons ou avec des grossesses à risques.