Aller au contenu

Quelles sont les conditions légales du divorce ?

Le divorce est un acte par lequel deux personnes se séparent. Il peut s’agir de séparation par consentement mutuel ou non. Mais, dans un cas comme dans l’autre, les mesures doivent être prises afin que tout ce passe dans les règles de l’art selon la juridiction. Ainsi donc, il serait erroné de contraindre par la force qui que ce soit à un tel acte. Impliquant d’une manière ou d’une autre la famille dans sa globalité, le divorce doit être bien réfléchi avant d’être engagé. Quelles sont les conditions légales du divorce ? C’est la réponse à cette question que vous allez à coup sûr découvrir à travers la lecture de cet article.

Quels sont les différents types de divorces légaux ?

Multiples sont les circonstances qui poussent au divorce. L’idée de divorcer peut venir d’un désintéressement commun, d’une trahison. Dans un cas comme dans l’autre, il est bien mieux d’en discuter si possible et de chercher à trouver des résolutions fiables pouvant protéger la paix et la quiétude des enfants si le couple en a. Notez, que les enfants sont ceux qui souffrent le plus de la séparation des parents. Vous avez donc la possibilité d’entamer des procédures selon les circonstances qui vous pousse au divorce. Il existe principalement trois types de divorces :

  • Le divorce par consentement mutuel ;
  • Le divorce par faute ;
  • Le divorce par rupture de la vie commune.

L’essentiel à retenir sur les types de divorces

La première option s’avère l’option la plus pacifique. D’abord, après ce type de divorce, il est possible que les conjoints gardent contact entre eux pour mieux gérer l’éducation de leurs enfants sans que ces derniers ne se retrouvent avec des séquelles. Les divorces par consentement mutuel sont là plupart du temps les divorces les plus pacifiques.

L’option suivante c’est à dire : le divorce par faute, est une option à considérer pour les couples qui peinent à se satisfaire. La satisfaction prend en compte : le respect mutuel, la fidélité… Lorsque l’un des conjoints est hostile au maintien de l’harmonie du couple, cette option juridique est la mieux adaptée.

 Enfin, le divorce par rupture de la vie commune peut être engagé si l’un des conjoints est inapte à vivre une vie de couple. Il peut s’agir par exemple du fait que l’un des conjoints soit atteint de problèmes mentaux. Cela peut clairement justifier la séparation de vie commune. Dans ce cas, l’un des époux peut engager la demande de divorce.

À qui s’adresser pour entamer une procédure de divorce légale ?

Les personnes les mieux qualifiées pour vous aider dans la procédure de divorce, sont l’avocat mieux, le notaire. Ces derniers avec leurs compétences juridiques peuvent vous aider à choisir des stratégies plus pratiques et fiables lorsque vous songez au divorce. Ils peuvent vous proposer les différentes possibilités qui s’offrent à vous avant de vous guider dans le choix du type de divorce à engager selon les faits qui lui seront évoqués. Avec ces derniers, vous êtes certain d’agir en accord avec la loi et de préserver d’une manière ou d’une autre vos intérêts ou une partie de vos biens. Cette phase est prise en compte selon le régime sous lequel vous vous êtes marié.

Veillez cependant à choisir un avocat avec de très bonnes compétences. Cela vous assure un bon dénouement de la procédure de divorce, quel que soit le type de divorce que vous aurez choisi.